Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière VENDEE

Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière   VENDEE
Histoire de l'Association du Moulin de Bel Air

Histoire de l'Association du Moulin de Bel-Air




L’année 1982 est celle du décès d’Henri HERBRETEAU et depuis, il n’y a plus de ferme à Bel-Air. Marie-Thérèse HERBRETEAU vit désormais seule à la maison. Ses filles: Marie-France, l'épouse de Jean-Pierre LAMY et Alcida l’épouse de Jean-Claude GAUDUCHEAU pensent à réorganiser les dépendances avant d’améliorer l’habitation.

Jean-Pierre LAMY pense aussi au Moulin (depuis 1971) qui est sans toiture depuis 30 ans. Pour essayer de résoudre ce problème, il contacte Pierre Chatry1 (pharmacien et cousin des HERBRETEAU de Bel Air) qui a mené à bien la remise en marche du moulin des Alouettes aux Herbiers.

Ensemble, ils font appel à un architecte pour l’étude des caractéristiques et du matériel récupérable dans le Moulin. En même temps, ils contactent Me PHELIPPON, notaire à St Fulgent, pour aider à la réalisation de la généalogie des descendants de Pierre HERBRETEAU qui a acheté le Moulin de Bel Air en 1873. L’état des lieux est réalisé en Janvier 1983. Avec ce premier plan, les deux compères avec quelques descendants peuvent organiser une réunion qui est prévue chez Marie-Thérèse HERBRETEAU à Bel Air.

1 – Pierre CHATRY (1916-2019)- Né à St Fulgent dans une famille de meuniers, Pharmacien aux Herbiers de 1942 à 1982 - Conseiller municipal des Herbiers (1951 à 1966) - Pompier volontaire (1951 à 1966) - Conseiller Général de la Vendée (1961 à 1979) - Maire des Herbiers de 1971 à 1983 - Asso. Abbaye de la Grainetière (1963).

1)- Première Réunion de contact

La première réunion, le 19 février 1983, a lieu dans la petite salle du café de Bel Air (le locatif actuel situé près du moulin était en 1983 un commerce de boissons) en présence de 40 participants dont les filles à Marie-Thérèse : Alcida et Marie France. J-P.LAMY et P.CHATRY présentent alors une première généalogie avec les adresses de 150 descendants. Ils donnent en plus un premier diagnostic: le Moulin est arrêté depuis 1943, le mécanisme existe, les deux meules sont en place, les poutres essentielles sont solides, et la maçonnerie tient bon.

L’urgence est de mettre hors d’eau et d’enlever la vergue2 restante, déposer l’arbre principal, couvrir par une charpente provisoire, puis remplacer portes et fenêtres.

"Marie-Thérèse HERBRETEAU et ses filles ont décidé de céder le Moulin aux descendants de Pierre HERBRETEAU regroupés en une structure juridique permettant d’assurer la restauration". La SCI aux seuls descendants permettrait de pouvoir obtenir les subventions de la commune ou du département de la Vendée. La cession du Moulin à la SCI ferait l’objet d’un acte notarié.

Un groupe de travail est formé sous la direction de J-P LAMY pour mettre en place la SCI et envisager les premiers travaux urgents.

Le 26 Mars suivant, en présence de 25 participants, c’est l’établissement du calendrier de travail. La création de la SCI sera préparée avec l’aide de Me PHELIPPON, les sociétaires (au minimum 35 descendants) devront s’engager à verser 300 Francs (46€) par an durant 5 années. De plus, une commission technique composée de 10 membres est fondée. P.CHATRY, J. GIRARD et J-P. LAMY se chargent d’établir les statuts définitifs.

La visite du Moulin est prévue le samedi 17 avril. Les premiers travaux ont lieu le 7 mai. C’est alors le nettoyage de tous les étages ainsi que le débroussaillage extérieur.

Le groupe technique projette de couvrir la tour provisoirement avant la pose de la toiture définitive. Pour faciliter ces travaux, il est prévu de refaire les escaliers ainsi que les fenêtres.

Vingt huit sociétaires ont décidé de participer à la restauration du Moulin.

2—Les Vergues sont les poutres des ailes qui supportent les lattes - Avant 1943, les frères Alcide et Henri Herbreteau avaient été obligés de supprimer une des 2 vergues qui était pourrie. Avec la vergue restante, soit seulement deux panneaux de lattes, ils ont réussi à faire tourner la meule du Moulin malgré une voilure réduite de moitié par rapport à l’origine

 

2)- Une priorité : couvrir provisoirement le Moulin

La décision de réaliser une toiture provisoire est prise le 21 mai 1983. Ce sera un cône métallique en tôle d’acier de 2 mm d’épaisseur. Il sera fabriqué à l’entreprise Jefmag de Chavagnes en Paillers, avec l’aide du groupe technique pour un coût d’environ 5000 Francs (770€).

La construction du cône commence avec Patrice LAPORTE, technicien métallier descendant HERBRETEAU. Vingt trois tôles 1000 X 2000 X 2 mm sont étendues dans les locaux Jefmag pour être tracées puis découpées et pliées avec l’aide du groupe technique. L’assemblage des tôles par pointage a lieu, le cône ainsi formé mesure 5,5 m de diamètre pour une hauteur de 2,9 m. La soudure définitive, ainsi que la pose d’une couche de peinture d’apprêt gris ardoisé sont réalisées.

Le samedi 2 juillet, le transport du cône des Ets Jefmag de Chavagnes à La Rabatelière au pied du Moulin de Bel Air a lieu sur un porte-charge de la Sofultrap de St Fulgent. C’est sous l’escorte de motards de la gendarmerie, un arrêt place de l’église et à l’aide d’une grue que le cône est déposé près du Moulin.

Maintenant, il reste à dégager le sommet de la tour de l’arbre principal et la vergue restante ainsi que le châssis dormant. Cela se fait avec une grue de l’entreprise de maçonnerie Rousseau de la Rabatelière. Puis les échafaudages sont montés à l’intérieur du Moulin pour faciliter la remise en état du haut de la tour et placer les 6 socles d’ancrage de la couverture dont la pose est prévue le samedi 23 juillet.

Finalement, ce n’est pas réalisé ce jour cité et quelques uns, non avertis du report, se retrouvent bien seuls à Bel Air. A l’occasion du passage à La Rabatelière d’un engin de levage, la couverture provisoire est placée le mercredi 3 août 1983 et coiffée en plus
d’une girouette hissée par J-C.RAVELEAU. Cet évènement fortuit a eu lieu seulement devant quelques « initiés », étant donné qu’un « pot » était prêt pour l’assemblée du 23 juillet.

Désormais, 36 sociétaires sont inscrits.

3)- Le 30 juillet 1983, création de l’Association du Moulin de Bel Air

Après réflexion et suivant le désir de plusieurs sociétaires, il est proposé d’abandonner la forme SCI pour adopter la forme d’Association. Ci-dessous, les projets de statuts qui sont soumis et présentés à Me PHELIPPON le samedi 30 Juillet.

PROJET DE STATUTS
Article 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1° Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901, ayant pour titre : Association du Moulin de Bel Air
Article 2 L’Association a pour but l’Acquisition, la Conservation et la Restauration du Moulin à vent de Bel Air à La Rabatelière
Article 3 Le Siège Social est fixé au Moulin de Bel Air qui pourra être transféré par le CA.
Article 4 L’Association se compose de membres d’honneur et de membres actifs (nommés en Assemblée Générale). Les membres d’Honneur sont dispensés de cotisations. Les membres actifs seront ceux qui auront rendu des services à l’Association tels que ceux s’engageant à cotiser pour chacune des années 1983-84-85-86-87.
Article 5 L’Admission est obtenue exclusivement par les descendants authentiques de :Pierre HERBRETEAU (1815—1885) et Modeste CAUNEAU (1823—1865) meuniers à Bel Air.
Article 6 ………. Article 7……..
Article 8 Ayant décidé de constituer un apport (le Moulin, la parcelle N° 41 et les droits de passage), Mme HERBRETEAU et ses enfants sont dispensés de cotiser durant 5 ans. et Article 9……………… jusqu’à …….. Article 13.
Article 14 ………… Avec l’apport de la parcelle N° 41 par la famille Herbreteau, l’Association est propriétaire du Moulin et de son cerne d’une surface de 8,10 ares.

La totalité des adhérents ont abandonné le projet de SCI au profit de l’Association.En présence de Maître PHELIPPON notaire de St Fulgent, a lieu la constitution de l'Association du Moulin de Bel Air.

L’Assemblée Générale de l’association est ouverte. Le doyen d’âge Victor GILBERT prend la présidence de l’assemblée et propose la formation du Conseil d’Administration. La liste des noms proposés est adoptée à l’unanimité et est composée comme suit :
Président: Jean-Pierre LAMY
Vices Présidents: Maurice HERBRETEAU et Jean-Bernard GILBERT
Secrétaire: Pierre CHATRY           S. adjoint : Jean GIRARD
Trésorier: Françoise GILBERT       T. adjoint : Nicole GILBERT

L’association du Moulin de bel Air est enregistrée à la Préfecture et a paru au journal officiel le 27 janvier 1984 sous le n° 3744.
Son siège social est au Moulin de Bel Air – 85250 - La Rabatelière.

La couche d’apprêt des nouvelles fenêtres avant leur montage est réalisée en Octobre. La fosse située derrière le moulin, ayant été creusée pour extraire la pierre, a été comblée par Alcide GAUTRON avec des remblais récupérés par l’entreprise Sofultrap. Un contact a eu lieu avec l’entreprise Croix (charpentier- amoulangeur)3 pour un devis de travaux.Il est décidé d’établir un dossier pour demander le classement du Moulin à l’Inventaire des Monuments Historiques.

3--Amoulangeur ou Amoulageur : charpentier spécialiste des mécanismes de moulins. Par extension, « Rhabilleur » ou celui qui retaille les meules.

4)- 1er travaux – 1er Devis – Inventaire des Monuments Historiques

Deuxième ASSEMBLEE GENERALE depuis la création de l’Association le samedi 31 Mars 1984
La séance est ouverte par le président J-P LAMY.
La parole est à Jean-Bernard GILBERT qui présente les travaux réalisés : couverture provisoire, pose des fenêtres, escaliers et planchers, et presque tout cela est dû aux bénévoles. Les travaux prévus en 1984 concernent surtout ceux de charpente, de planchers et changement des portes.

Françoise GILBERT, la trésorière, malgré un bilan positif de 8152,82 Frs au 31 décembre 1983 annonce un solde négatif de 5799,12 Frs le   31 mars 1984.

Cependant des contacts ont été pris avec Messieurs DELAVAL recenseur régional des Monuments Historiques et Mr BOISSIERE architecte des Bâtiments de France et chef du service départemental d’architecture de la Vendée. Ces derniers qui ont visité le site statueront sur le classement du Moulin à l’Inventaire des Monuments Historiques. Cela permettra peut-être une aide de l’Etat de 15% des travaux et des subventions de la Région et collectivités pouvant atteindre les 2/3 du prix des travaux.

Un dossier de « mise au vent » du Moulin de Bel Air est décidé et un premier devis de charpente, arbre, rouet et voilure a été reçu. Il atteint 282.248 Frs (43 500€) sans la couverture de bardeaux. Il faudra attendre 1985 pour prendre d’autres décisions.

5)- 1985 – 86 – 87 : Maçonnerie au sommet de la tour du Moulin et petits travaux d’intérieur

Un nouveau programme de sécurisation du sommet de la tour est réalisé dans le but de stabiliser le haut de celle-ci par une couronne en béton armé. En même temps, il faut en profiter pour installer l’ « enrayure basse » incluse dans le béton qui supporte et guide l’ « enrayure-civière » sur laquelle reposent l’arbre principal et la toiture.
L’enrayure basse est formée d’un assemblage de pièces de bois (poutres de chêne) qui rayonnent autour d’un centre commun. Pour cela, le camion grue de l’entreprise Rousseau a soulevé et descendu la couverture provisoire le 2 juillet 1985. Ensuite, les bénévoles ont arasé le sommet de 30 cm puis coffré avant de couler une partie de béton destiné à supporter l’enrayure basse. Enfin, les 12 poutres (4 grandes et 8 petites) ont été hissées au sommet, assemblées puis mises à niveau et enrobées dans le béton monté par seaux. La toiture a été remontée et amarrée sitôt le décoffrage effectué.

Dans cette même année, la toiture du poulailler ou petit bâtiment en arrière du moulin a été refaite.

En 1986, le rez-de-chaussée est décaissé puis bétonné, et recouvert d’un parquet de chêne (récupéré au Château de Lignières de Chauché), les bordures des fenêtres sont refaites ainsi que les seuils des portes d’entrée.

En 1987, les portes sont remises en état et le cerclage des meules effectué.


6)- A la recherche de financements

Le Président J-P LAMY évoque les demandes de subvention et l’inscription au Concours National de « sauvegarde du Petit Patrimoine Rural » qui a permis à l’Association du Moulin de Bel Air de recevoir le 15ème Prix.

Suite à la visite de Bel Air, le maître d’œuvre Patrice CLOCHARD, membre de la commission technique de l’association régionale des Amis des Moulins du Bocage Vendéen et de la Gâtine, a établi un devis de restauration. Ce dernier est estimé à 500.105 Frs (77 000 €).

Le plan de financement pourrait être soutenu par les ministères de la Culture et de l’Artisanat, le Conseil Général de La Vendée, le Conseil Régional des Pays de Loire, la Commune de La Rabatelière et le SIVOM du Canton de St Fulgent. Il resterait l’apport de l’Association de Bel Air : 200.000 Frs (31 000 €) soit 40% pour compléter.

Robert ALLAIN père est élu Vice-président et Henri BROCHOIRE Secrétaire-adjoint.

Lors de cette même année 1988, la Direction des Affaires Culturelles des Pays de Loire alloue une subvention de 25000 Frs (3 850 €) à Bel Air soit 5% des travaux estimés.

Les deux meules sont cerclées par J-C GAUDUCHEAU. Les portes sont en place.

La principale préoccupation est celle du financement du projet de restauration. Le SIVOM de St Fulgent pense pouvoir subventionner par le biais de la section « Investissements Culturels ». Les subventions de l’Etat (affaires culturelles), de la Région et du Département ne seront versées qu’en pourcentage des travaux réalisés et payés. Les travaux sont prévus sur une durée de 3 ans.

L’année 1989 sera celle qui permettra de fixer un budget permettant, selon l’autofinancement, de négocier un emprunt. Il est proposé de diviser les phases du chantier en 3 tranches pour pouvoir utiliser les différentes subventions accordées au cours des années.

Il sera possible de faire appel aux dons pour alléger le budget.

Durant la nuit du 17 au 18 avril 1989, c’est le décès de « la Gardienne de Bel Air » Marie-Thérèse HERBRETEAU. Sans cet appui, la tenue des réunions à Bel Air sera moins aisée.

En novembre 1989, on apprend que la municipalité de La Rabatelière accorde 15000 Frs (2300€) à Bel Air tandis que le Conseil Général promet 100.000 Frs (15 400€).


7)- Le projet global de rénovation et son financement se précise

Lors de l’Assemblée Générale du samedi 7 avril 1990 qui se tient chez René GILBERT, Jean-Bernard GILBERT indique que :
-le Maître d’œuvre est Patrice CLOCHARD Technicien de Cerizay
-Le lot Charpente, Ailes et Mécanisme a été proposé aux entreprises :
                                        *CROIX André 49440 La Cornuaille
                                        *Métiers du Bâtiment (A.M.B) 49480 Saint Sylvain d’Anjou
-Le lot couverture en bardeaux
                                        *BÉNÉTEAU 85390 St Maurice le Girard
                                        *RAVELEAU 85250 Chavagnes en Paillers
- le lot Maçonnerie enduits intérieur et extérieur est différé



Le Résultat des marchés négociés pour l’ensemble du projet est donc comme suit :
- Entreprise A.M.B. charpente, ailes et mécanismes 376 675 Frs
- Entreprise RAVELEAU bardeaux de châtaignier        59 640
- Honoraires P. CLOCHARD                                      28 369
- Enduits différés                                                    35 315
                                                                  Total 500 .000 Frs (77 000 €)

Le chantier sera divisé en deux tranches :
1° Tranche: - A.M.B charpente et arbre
                  - RAVELEAU couverture
                  - CLOCHARD honoraires
             avec Imprévus pour une somme total de 300.000 Frs (46 200€)
2° Tranche: fin de l’opération :
                  - AMB Ailes et Mécanismes
                  - CLOCHARD honoraires
                  - Maçonnerie et Imprévus
            pour une somme total de 200.000 Frs (30 800€)

Pour le plan de financement, il faudra emprunter 100.000 Frs (15 000 €) au taux de 10% sur 10 ans et trouver d’autres ressources (entreprises ou banques….). Le Plan est accepté par l’assemblée qui confirme les marchés passés et envisage la création de nouvelles ressources.

8)- Janvier 1991, pose de la toiture-arbre au sommet de la tour du Moulin
      Les subventions arrivent

Dès novembre 1990, la livraison de la toiture est faite au pied de la tour. Ensuite, la pose des bardeaux de châtaigner sur le cône est réalisée. La veille du levage, les préparatifs sont laborieux car l’entreprise A.M.B signale la veille que le camion-grue est en panne. Le président J-P LAMY contacte alors l’entreprise Rousseau (Maison Bleue) qui est d’accord pour prêter sa grue. Cette dernière s’enlise en se positionnant pour le levage. Un tractopelle doit alors venir à la rescousse pour aider à positionner la grue sur une terre plus dure.

Finalement, l’ensemble pesant 5,3 Tonnes est hissé au sommet du Moulin le 12 janvier 1991 devant 300 personnes. Maintenant, à l’abri et au troisième étage, les sociétaires peuvent enfin admirer la charpente et le mécanisme.

Même vu de l’extérieur, le toit est très joli avec ses bardeaux et coiffé d’une superbe girouette en cuivre imaginée par Marielle GILBERT et fabriquée par le couvreur Henri RAVELEAU.

La toiture provisoire va abriter un autre moulin, elle est vendue pour la somme de 7000 Frs (1 100 €).
Du côté financier, Françoise GILBERT est optimiste car Le Département et La Région ont versé des acomptes substantiels. La Commune de La Rabatelière a versé la totalité de la subvention promise. Six Chefs d’entreprise ont répondu favorablement au mécénat. La banque Crédit Mutuel a versé 3000 Frs (460€) et prête 70000 Frs (11 000€) sous intérêt de 10,95 % durant 10 ans à l’Association du Moulin de Bel Air.

En octobre de cette même année, la modification et l’étanchéité de la lucarne sont réalisées par les entreprises A.M.B et Raveleau. La modification de la lucarne semblait nécessaire puisque le style de celle-ci était différent de celui des moulins à vent de la région.

Il y a de bonnes nouvelles dans l’année qui va suivre. D’abord c’est l’attribution du 1er Prix de 25000 Frs (4 000 €), de La Fédération Nationale des Associations de Sauvegarde des Sites et Ensembles Monumentaux (FNASSEM) remis le 20 Février 1992 à PARIS (Hôtel Sully) à J-P LAMY par Madame Simone VEIL. Ensuite, l’emprunt de 80000 Frs (12 500 €) contracté au Crédit Mutuel a été obtenu.

Avec l’arrivée des nouvelles subventions, la commission technique représentée par Jean-Bernard GILBERT propose de lancer la seconde tranche des travaux, soit la mise en place des Ailes et le crépissage intérieur-extérieur car le plan de financement s’élèverait à 100.000 Frs (15 400€). Cela est accordé pour les ailes, et le conseil d’administration va demander le devis.
Une édition de 1000 « Pin’s » de Bel Air (Marielle GILBERT) va être lancée.

9)- « Les Ailes ont tourné le 22 Mars 1993 »


« Les Ailes ont tourné…… » ; Voici ce que scandent les participants à l’Assemblée Générale du Samedi 3 avril 1993 de nouveau chez René GILBERT à la Borderie.

Le rapport financier de Françoise GILBERT est adopté à l’unanimité. Les annuités d’emprunt s’élèvent à 13751,69 Frs (2 100 €) durant 10 ans. L’ancienne petite écurie (30 m2), entre la maison et le Moulin appartient à J-P et M-F LAMY. Ils veulent bien la mettre à disposition de l’association et pourra ainsi servir d’accueil après aménagement.

L'Association du Moulin de Bel Air compte 56 membres.

L’opération « 1000 Pin’s de Bel Air » (Marielle GILBERT) fait un tabac. Chaque Pin’s vendu donne droit à un billet de loterie dont le premier lot est un mouton.

En 1994, le problème de pignons est résolu par l’équipe d’Honoré ALLAIN. Il y a encore d’autres points à réviser au sujet du Grand Rouet et les assises de la charpente, mais l’entreprise A.M.B a été reprise après la faillite.

En 1995, les ennuis continuent avec l’ancienne entreprise A.M.B. L’assurance de l’ex-société classe le dossier de défauts sans suite et refuse de dédommager. Pourtant des travaux classés urgents par J-P YOU et Honoré ALLAIN, tel que l’entraînement en rotation de la toiture sont à faire.

L’environnement du Moulin est amélioré par des ensemencements et par l’accès. J-P YOU plante le pin au centre de la pelouse.
Le montant des travaux réalisés au 31/12/1995 s’élève à 420.000 Frs (65 000€).

En 1996, les deux grosses poutres supports des meules sont remplacées par l’entreprise Fèvre de Chavagnes.

L’équilibrage de la meule tournante, qui tourne au vent maintenant, est réalisé par Elie ROCHELET aidé d’André MARMIN.

Jean-Bernard GILBERT signale qu’il reste encore beaucoup de travail avant d’arriver à faire de la farine : Alluchons4, Régulateur, Treuil, Bluterie5, courroies, etc..


4-Alluchons : Dents solidaires du Rouet de l’Arbre des ailes qui, en appuyant sur les fuseaux (ou barreaux) de la « Lanterne » transmettent ainsi par renvoi d’angle la rotation de la meule. A l’époque romaine, ce type d’engrenage entraînait les meules de moulins à eau ou les norias puisant l’eau.
5-Bluterie ou Blutoir : appareil qui tamise la mouture, sortant d’entre les meules, pour séparer la farine du son.


10)- En 1997, la première farine du Moulin rénové de Bel Air

En 1997, les travaux avancent avec la pose de l’archure (protection des meules), trappes de montage des sacs, gaines de descente farine (anche), poulies et courroies, mise en état bluterie.

En 1998, pose du monte-sacs, ajustage Grand Rouet-Lanterne.

En 2000, les meules sont en « Rhabillage » avec E. ROCHELET et A. MARMIN.
La meule du moulin à eau de la Dalle de Saint Fulgent (famille GROLEAU) est maintenant posée sur la pelouse de Bel Air.

En 2001, le parking du site de la Salette équipé de toilettes est terminé.

En 2002, avec l’abandon du Franc, la cotisation annuelle pour l’Association est convertie maintenant à 46 €.

En 2003, le branchement EDF est enfin réalisé et relié au réseau souterrain La Salette-Bel Air. En plus, c’est gratuit. Le poteau « verrue» en béton a enfin disparu. Le Portail et la Porte d’entrée de l’écurie sont remis à l’état neuf. Des barreaux de sécurité sont posés aux fenêtres du Moulin. Il n’y a plus d’emprunt à rembourser….

En avril 2004, Gustave GILBERT (capitaine pompier) expose la réglementation pour la sécurité du Moulin. Le nombre de visiteurs est limité à 19 au maximum dans le Moulin lors des visites.

11)- Dès 2005, de gros travaux à suivre


En 2005, les travaux de peinture des ailes sont en cours, les lattes sont chez le peintre HERVOUET et prêtes pour le remontage.



Lors de l’Assemblée Générale, Jean-Bernard GILBERT évoque la sécurité du toit qui est libre et pourrait se déloger du chemin de roulement en cas de vent fort. Il pense aussi au crépissage extérieur.
Dans ce but, une convention est signée le 2 mars 2005 à Bel Air avec la Fondation du Patrimoine, qui pourrait participer à 30% des travaux, permettant de lancer une souscription concernant la restauration extérieure avec l’apport de dons d’entreprises.

Honoré et Louis-Marie ALLAIN améliorent l’éclairage de l’écurie par la pose de 5 spots.

Un site Internet de Bel Air est lancé par Philippe PÉRIOT (mari de Florence GAUDUCHEAU).

Le 22 juin 2006, les travaux des engrenages (hérissons) de l’entreprise Croix sont terminés. Il s’agissait de remettre en état les hérissons d’entraînement du treuil et de la bluterie, en changeant et ajustant les dents en bois (cormier) qui servent de pièces d’usure et de sécurité. Il s’agissait aussi de la réfection du boitard de la meule gisante par lequel coulisse l’arbre pivot soulevant ou abaissant la meule courante. La facture est de 9 427€.
Du côté vibrations, il n’y a pas beaucoup d’amélioration.

Le projet de restauration de l’enduit extérieur du Moulin est enfin arrêté avec son plan de financement. Le devis de l’entreprise Benaiteau s’élève à 23.533€, avec l’inclusion d’une ceinture renfort en béton armé dans le mur de la tour au niveau des meules. Les travaux dureront du 2 au 26 octobre 2006.



En 2008, Pierre CHATRY démissionne de son poste de secrétaire qu’il tenait depuis 25 ans. Patrick YOU le remplace.
Mr Jacques PROST lance des recherches généalogiques du côté LARDIERE le constructeur du Moulin de Bel Air.

En février 2010, l’entreprise M.E.M installe la couronne métallique verrouillant le glissement de la toiture en cas de tempête. Justement Xynthia est passée par là peu après la modification.

En Avril 2011 le site de la Salette est remis en état par le Conseil Général ; le Moulin de Bel Air devient ainsi un complément touristique pour les caristes.

La toiture de l’écurie est rénovée par l’entreprise Moreau de Benaston.

Le raccordement électrique de l’écurie est réalisé cette même année par les établissements Carvalho.

De plus, l’accès du Moulin contournant la grande écurie est aménagé. Cela doit éviter, grâce à des panneaux de guidage, la gêne des locataires de l’habitation.

12)- Le Moulin se modernise - Motorisation des ailes

L’objectif est maintenant d’installer un moteur-réducteur entraînant l’arbre des ailes.
Une occasion se présente avec le moteur d’un moulin de Terrier-Marteau, propriété de FLEURY MICHON et don de l’entreprise. Jean-Bernard GILBERT précise que l’entrep
rise M.E.M est contactée et va démonter le moteur pour l’installer ensuite à Bel Air.

Une tirelire est installée dans le Moulin.

Roger GILBERT est nommé secrétaire adjoint pour épauler Patrick YOU.

En 2012:
           -Le raccordement, par câble enterré, du Moulin au compteur EDF est réalisé.
           -Le Moteur-réducteur est monté par l’entreprise M.E.M et branché au réseau.

Lors des journées Portes Ouvertes, l’entrée dans le Moulin est désormais payante seulement pour la journée des moulins (1€).

Le prêt de la nacelle par l’entreprise M.E.M permet de réaliser en juillet 2014 les travaux prévus sur la toiture et les lattes. Cela a même permis de remplacer des tire-fonds qui, mangés par la rouille sortent de leur logement sur l’araignée de tête de l’arbre. En plus, Remi PILARD change les 35 Alluchons du Rouet et en profite pour inverser les Fuseaux de la Lanterne. Le bois de ces alluchons n’est pas en cormier, mais en bois africain très lourd et très dur (Azobé).

La Commune ne prend plus en charge la tonte de la pelouse, contact est pris avec « Ambiance Nature ».

Organisée par l’Association du Moulin de Bel Air, le 3 Octobre 2014, la soirée spectacle des
« GILS » dans la salle municipale a été une réussite avec 151 entrées payantes.

En 2015 un Contrat est passé avec la société Ambiance Nature pour la tonte de la pelouse.


13)- 2016 – Nouveau président – Nouveau Conseil d’Administration

A l’Assemblée Générale du 19 Mars 2016 Jean-Pierre LAMY démissionne de son poste de Président, ainsi que Françoise GILBERT pour celui de Trésorière, chacun ayant 33 années de services.

Le nouveau Conseil d’Administration élit son Bureau :
                               -Président : Roger GILBERT
                               -Trésorière : Nicole de LAROCQUE LATOUR
                               -Secrétaire : André GUILLOTEAU
                               -Secrétaire Adjoint : Fernand MARCOVAL
            4 autres membres forment le Conseil d’Administration

Création du Nouveau Site Internet : moulindebelair.sitego.fr

Installation de grillage anti-oiseaux entre le toit et le sommet de la tour du Moulin.

L’acquisition de la parcelle n°42 est actée le 16 septembre chez Maître DENIS lors de la vente par Marie-France LAMY de la parcelle de La Maison Neuve de 2,40 ares à l’Association. Cette parcelle se situe à l’avant du Moulin jusqu’au pignon Est de l’écurie. Avec l’achat de la parcelle N°42, la surface que possède l’Association s’élève maintenant à 1060 m2.

14)- 2017 et 2018 – Encore de gros travaux

En cette année 2017 des travaux d’entretien du Moulin sont envisagés pour Peinture Ailes et Vergues avec en plus un crépissage intérieur, le tout pour une valeur d’environ 20 000€.

Dans ce but, l’Association contacte la Fondation du Patrimoine qui aide à rechercher des mécènes.

Lors de l’Assemblée Générale d’avril 2017, Jean-Pierre LAMY est nommé Président d’Honneur de l’Association, Pierre CHATRY est nommé Membre d’Honneur.

Une adresse e-mail de l’Association qui contacte directement le Président en exercice est créée: contact@moulinbel-air.com

Le démontage des ailes, la peinture et le remontage s’effectuent en mai et juin 2017 par les entreprises Fèvre et Hervouet.


Cette même année, l’Association fait l’acquisition d’un réfrigérateur et fait éditer 1500 prospectus sur le Moulin.

Une soirée théâtre est organisée par l’Association le vendredi 1er Octobre avec pour titre « la Fille du Cimetière » jouée par Gilles BARREAU et Maryse DELAVAUD.

En janvier 2018, Joël ROUSSEAU, menuisier, remet en état les 5 fenêtres du Moulin.

En février, l’entreprise Limousin réalise le crépi intérieur du Moulin.

Le coût total des travaux de peinture et du crépissage intérieur s’élève à 19 702€.

Les subventions accordées par le Département, la ComCom, le Club Mécènes d’aujourd’hui, la Fondation du Patrimoine, la Région et quelques mécènes privés ont financé les ¾ du coût total. La trésorerie de l’Association finance le reste, soit
4 431€.

L’Assemblée Générale du 24 Mars 2018 débute par une Assemblée Extraordinaire destinée à modifier les Statuts de l’Association.
Les Articles 4 – 6 – 7 et 11 sont modifiés, l’Article 5 est supprimé. Ces modifications ouvrent l’Association à toute personne à jour de sa cotisation annuelle et précisent quelques points des Statuts.

Un Fascicule de 32 pages est édité en 2000 exemplaires. Il relate l’histoire du Moulin par des textes accompagnés de nombreuses photos et est initialement vendu 3€.

En Juin 2018, pour célébrer la fin des travaux des 2 années passées, l’Association organise une réception avec Mr HÉRAUD , invité d’honneur et représentant la Fondation du Patrimoine, tous les membres de l’Association, les donateurs, mécènes et autres participants.

Janvier 2019 – Suite à un blocage de la couronne dentée du système Berton par un tire-fond, intervention par nacelle pour le changement de 7 tire-fonds (16cm) sur 11. Rattrapage du jeu des vergues sur l’arbre par serrage des butées.
Il y a encore des pigeons sous le toit, recherche des quelques points par où passent les bestioles.

Prévision travaux 2019 :
- Changement goupille sécurité Ouverture/Fermeture des lattes
- Rendre démontable le plexiglas de vision de la meule et vérification des balais de dégagement mouture -
 

Pour le suivi de l'entretien du Moulin, Fernand MARCOVAL met en place une fiche de Suivi-fonctionnement et Interventions techniques.

Un membre cède à l’association 4 tables pliantes avec leurs tréteaux.

Une table de pique-nique donnée par un mécène est mise en place dans l’aire du Moulin.

30 anciennes chaises de la salle municipale sont acquises par l’association.

En partie offerte par un membre de l’Association, une clôture en barres de bois est posée dans l’alignement du mur pignon de la grande écurie pour marquer ainsi la zone des habitations.

L’Assemblée Générale du 11 mai 2019 est particulière à plus d’un titre. C’est d’abord l’évocation du décès le 26 Mars, de Pierre CHATRY, membre fondateur de l’Association. Particulière aussi sur la date décalée de cette Assemblée Générale par rapport à l’habituel samedi des Rameaux ; elle a lieu ce samedi 11 mai sur la pelouse du Moulin.
Après la réunion, 42 convives participent au repas offert par l’Association, au pied du Moulin.

15)- 2020 - La Tourte du Moulin de Bel Air

Le projet d’une production de farine panifiable est l’occasion d’une réunion ayant lieu en Octobre 2019 en présence de Florian PETIT-GRÉGOIRE, boulanger de « La Fabrique à Pain» à Chavagnes en Paillers.

Une parcelle d’un hectare serait retenue à la ferme de la Barre de Chavagnes en P. pour une production d’un blé panifiable. Ce blé serait ensuite moulu régulièrement au Moulin de Bel Air. "La Fabrique à Pain" produirait et commercialiserait périodiquement du pain labellisé «Tourte du Moulin de Bel Air ».

Le projet est accepté par le Conseil d’Administration.
Maxime GUÉRIN, a
griculteur à la Barre, procède aussitôt au semis de blé panifiable qui sera récolté normalement courant juillet 2020.

Les meules du Moulin doivent être préparées pour produire une farine de qualité. En février 2020, Rémi PILARD rhabille les deux meules.
Le plexiglas de l’archure (coffrage en bois des meules) est rendu démontable, les pinceaux d’évacuation de la mouture sur la meule tournante sont changés. Afin de pouvoir faire tourner la meule plus rapidement (40 t/mn), le réglage du variateur de fréquence du moteur est modifié.

La pandémie due au Covid-19 réduit considérablement l’activité annuelle de l’Association par les confinements et les restrictions imposant des gestes barrières.
L’Assemblée Générale se tient malgré tout le 19 septembre 2020 autour de la table de pique-nique de Bel Air avec un bel ensemble de 19 participants masqués.
1100 Kgs de blé panifiable sont entreposés dans l’écurie depuis fin juillet. La première mouture du blé a lieu le mardi 29 septembre 2020.

On a pu déguster « la Tourte du Moulin de Bel Air » quelques jours après.


                                                                                      André GUILLOTEAU      Roger GILBERT       - Mai 2021