Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière VENDEE

Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière   VENDEE
Histoire des Moulins à Vent de La Rabatelière

La paroisse de la Rabatelière est une création récente. Elle a été formée en 1626, à partir des fermes et villages qui appartenaient au seigneur de la Rabatelière et au seigneur de la Guichardière, où était une de leurs dépendances féodales. La Rabatelière était un village de Chauché et la Guichardière était un village de Chavagnes. La petite Maine et le ruisseau de la Parnière qui descend de la Rousselière faisaient la séparation.

Anciennement, chaque maître de maison possédait son moulin à bras (petit moulin manuel) dans sa propre maison. Les propriétaires d’un petit domaine (12 à 15 hectares) correspondaient aux actuels exploitants de fermes. Les riches propriétaires utilisaient une main d’œuvre d’ouvriers qui écrasaient le grain. Ils les payaient ou les nourrissaient en farine.

L’âge féodal fut en même temps un grand mouvement de civilisation avec une immense mise en culture de terres qui accompagnaient une explosion démographique sans précédent. L’invention technique suit aussitôt. Ce sont les moulins mécaniques construits aux bords des cours d’eau dont ils utilisaient la force motrice. Nos premiers moulins, tous des moulins à eau, sont des moulins de propriétaires plus importants.

Vers la fin du XIIème ou début du XIVème siècle, le premier moulin de ce petit territoire fut le moulin à eau du château de la Rabatelière – au village du « Moulin » actuel. Il est apparu lorsque le propriétaire de ce petit domaine se fut constitué une exploitation plus importante en y incluant deux petits villages actuellement disparus (le Patigny et la Combe). Ce domaine correspondait au parc actuel du château, mais sans y inclure la partie où se trouve l’étang et l’allée. Un second moulin à eau, le moulin de Meursault fut édifié ensuite en amont du premier. Ce moulin, dont on a plus aucune trace devait dater du XVème siècle car il existait en 1515.

Une troisième étape, postérieure à la guerre de cent ans, fut la création d’un premier moulin à vent. Le seigneur de la Rabatelière avait en effet élargi son domaine, en englobant le village de la Péruchelière situé à mi-chemin entre le village actuel de la Borderie et le Grand Bourg, au sud de l’allée.Le village de la Péruchelière existait encore en 1440. A l'état de ruines en 1502, ce village n’existe plus actuellement.
En 1502, il y avait là deux moulins à vent, un moulin turquois et un moulin carré à échelle.
En 1567, les deux moulins étaient arrentés à Pierre TORNEUR, meunier au village du Genet, moyennant 9 septiers de seigle payés en quatre termes. L’un était moulin à seigle et l’autre un moulin à froment.
Un acte de 1598 précise que le moulin à seigle était un moulin turquois et le moulin à froment un moulin carré. Cette expression qui relève l'origine orientale des moulins à vent de notre pays, semble désigner un moulin édifié sur une base conique. Au moulin turquois s'opposait le moulin à tonelle, plus ancien, où la meule se trouvait surélevée dans une cabine, soit carrée, comme ici, soit ronde. C'est cette dernière forme qui a prévalu.
La Guichardière, l’autre maison noble de ce petit territoire, a eu aussi ses deux moulins - moulin à eau en contrebas du logis, sur la petite Maine et qui existe toujours, et moulin à vent édifié sur un champ de la Menantonnière, dépendance à l’époque de la Guichardière.

En 1793, les moulins de la Rabatelière furent incendiés.

Au XIXème siècle, avec l’extension des cultures et l’accroissement des rendements, les moulins à vent ont connu une nouvelle prospérité, tandis que la pêche faisait toujours le succès des moulins à eau.

En 1830, Jean LARDIERE construit le moulin de la Maison Neuve appelé ensuite (1843) moulin de Bel Air. Ce moulin tour possédait des ailes entoilées. En 1880 il sera rehaussé à 10 mètres et équipé d’ailes à lattes (système Berton). On trouve, aux Archives Départementales, dans les minutes de Gourraud, notaire à Chavagnes, le bail consenti au meunier LARDIERE par le propriétaire de la Guichardière, pour les deux moulins de la Guichardière, à eau et à vent, le 8 août 1841. Sur les 70 moulins à vent recensés en 1882 sur le canton de St Fulgent, le moulin de Bel Air est le seul actuellement en état de fonctionner.

Sur le cadastre en 1838 sont répertoriés près de la Borderie deux moulins : le moulin carré à échelle qui est signalé entièrement détruit en 1846, et le moulin turquois qui fut appelé moulin Rouge après le 3 mars 1796. En effet, ce jour furent découvert à proximité les corps de l’abbé GUESDON de la Poupardière, alors curé de la paroisse de la Rabatelière, et deux de ses domestiques. Un acte du 22 janvier 1797 signale que le moulin a été incendié par les Républicains. Dans ce même secteur, François SUIRE, meunier au Moulin avait été fusillé pour sa foi à l’âge de 41 ans le 9 mai 1794. En 1847, ce moulin turquois sera entièrement détruit. Ces deux moulins furent exploités par les mêmes meuniers qui vivaient au moulin à eau du château (le village du Moulin) - c’étaient des BRILLOUET, CAUNEAU, ROSTURIER et SUIRE.

En 1846-1847, le meunier Louis SUIRE démolit le moulin du Champ Rouge, près de l’allée, pour construire les moulins du Genet – un premier moulin construit par Louis SUIRE fils en 1845 – un autre moulin construit par Théophile SUIRE en 1861 (quelques traces du cerne derrière le garage de la maison FRANCOIS, au Genêt)

.En 1872, le moulin Rouge ou moulin Neuf est construit par Isaïe LEGAS (situé tout à côté des Ets Maison Bleue). Inutilisé, la tempête en emporte la toiture cent ans plus tard, en 1972. Il sera démoli en 1990.

En 1876, François RAMBAUD construit un moulin tour avec des ailes de type Berton comme son voisin le moulin Rouge. En 1949, inutilisé, la tour a été rabaissée pour servir d’abattoir à Eugène GILBERT, boucher à la Rabatelière ; actuellement, elle reste incluse dans une maison d’habitation.

(source « Les Meuniers et leurs Moulins » J.Meunier – A.Guilloteau 2012 - Article : Amblard de Guerry)
                                                   ……………………………………………………………..