Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière VENDEE

Le Moulin à Vent de Bel Air à La Rabatelière   VENDEE
Histoire du Moulin de Bel air (appelé avant 1843 Moulin de la Maison Neuve)


 

caractéristiques générales :  MOULIN - TOUR A AILES LATTEES

DE TYPE BERTON
                                                                

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

  

































  
- Hauteur de la tour : 10.30 m 
- Diamètre extérieur : 5 m 
- Diamètre intérieur : 3.10 m

En 1826, Jean LARDIERE farinier (meunier) achète " un morceau de terre" à Jean HERBRETEAU, domestique à la Bordinière près de la Maison Neuve . Le nouveau propriétaire fait ensuite construire le moulin qui s’ajoutera alors à l’exploitation du moulin à eau de la Guichardière, au bord de la Petite Maine à 400mètres d’ici, et d’un autre moulin à vent situé plus à l’ouest.

L’achèvement semble être réalisé en 1831, date qui est gravée avec les initiales J.L sur l’embrasure de la fenêtre supérieure à l’est. Le nom de « Bel Air » apparaît en 1843 avec la construction de la maison. C’est alors un moulin trapu dont la tour est haute de 5 mètres avec les ailes entoilées du même type que celles des moulins des Alouettes (les Herbiers).

En 1873, Henri HERBRETEAU, meunier à Thorigny de Chavagnes en paillers, achète la propriété.

 

      

En 1876, Henri RENOU exploite le moulin.

En 1880, Henri HERBRETEAU fait rehausser la tour à 10 mètres afin d’adapter les ailes à planches de type BERTON.





Pendant l’occupation en 1943, les allemands réquisitionnent tout le blé disponible au dépens de la population.
Une nuit, les frères Alcide et Henri HERBRETEAU n’ayant pas de contingent (droit de moudre) sont surpris au travail par les occupants. C’est alors l’abandon du moulin.




En 1982, Marie-Thérèse HERBRETEAU, veuve d’Alcide HERBRETEAU, vend le moulin avec son cerne, pour le franc symbolique, à l’ « Association du Moulin de Bel Air ». Les travaux de restauration débutent alors sur l’édifice dépourvu de toiture. La première farine en sort 15 années plus tard, en 1997.

Aujourd’hui, c’est le seul moulin à vent en état de fonctionnement dans le canton de Saint Fulgent sur les 70 recensés en 1882.

(source « Les Meuniers et leurs Moulins » J.Meunier – A.Guilloteau 2012)
                                                    .........................................